• Español
  • English

Accueil > Notice complète

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 10 sur 98
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

10/98
Le propre de l'homme : sur une légitimité menacée
Auteur :
Brague, Rémi 1947-....  
Éditeur :
Flammarion  
Lieu de publication :
Paris  
Date de publication :
impr. 2013, cop. 2013  
Collection :
La bibliothèque des savoirs  
ISBN :
978-2-08-129857-6  
Langue :
français  
Sujet :
Humanisme  
Humanité  
Type de document :
Livre  
Bibliographie
Humanisme, transhumanisme, posthumanisme - Cycle UniverSCité par Benjamin SARCY

Université Bordeaux Montaigne

Bibliothèque Localisation Statut Condition Vol. Cote
BU de Lettres et Sciences humaines 2ème étage Salle Nord - rayons 19 à 24 Disponible Prêtable 128 BRAG P
Collation :
1 vol. (257 p.) ; 22 cm  
Provenance :
Abes (PPN168879646)  
Notes :
Autre tirage : 2014. Notes bibliogr. Index  
Origine :
BaBord  
Identifiant d'origine :
1430293  

Armes de destruction massive, pollution, extinction démographique : tout ce qui menace l'homme en tant qu'espèce vivante ne fait plus de doute. Mais il existe des facteurs qui viennent de l'homme lui-même, visant à saper son humanité propre. Ces facteurs ont beau être plus difficiles à saisir, c'est eux que Rémi Brague tâche de repérer à travers une analyse fulgurante et radicale de l'idée d'humanisme. Car il ne s'agit plus de savoir comment nous pouvons promouvoir la valeur homme et ce qui est humain, en luttant contre toutes les figures de l'inhumain. Il s'agit désormais de savoir s'il faut vraiment promouvoir un tel humanisme. C'est l'humanisme lui-même qui est mis à mal. Ce phénomène récent, Rémi Brague en aperçoit des signes avant-coureurs dans trois oeuvres majeures du XXe siècle, celle du poète russe Alexandre Blok, qui écrivait à l'ère de la révolution d'Octobre, et, plus près de nous, celles des philosophes Michel Foucault et Hans Blumenberg. Nous ne pouvons plus nous bercer d'illusions. Il est facile de prêcher un humanisme réduit aux règles du vivre-ensemble, mais comment le fonder ? La pensée moderne est à court d'arguments pour justifier l'existence même des hommes. En cherchant à bâtir sur son propre sol, à l'exclusion de tout ce qui transcende l'humain, nature ou Dieu, elle se prive de son point d'Archimède. Est-ce une façon de dire que le projet athée des temps modernes a échoué ? C'est au lecteur d'en juger.

Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 10 sur 98
  • Page suivante
  • Dernière page