• Español
  • English

Accueil > Notice complète

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 1
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

1/1
Evolution post-mortem des lipides musculaires et activités lipolytiques chez le lapin
Auteur :
Alasnier, Corinne  
Contributeur :
ENTRESSANGLES, BERNARD (Directeur de thèse)  
Université de Bordeaux I. 1970-2013  
Date de publication :
1996  
Autre titre :
POST-MORTEM EVOLUTION OF LIPIDS AND LIPOLYTIC ACTIVITIES IN RABBIT MUSCLES  
Langue :
français  
Discipline :
Biochimie appliquée  
Notes :
Thèse de doctorat, 1996, Bordeaux 1  
Type de document :
Travaux universitaires  

Université de Bordeaux

Bibliothèque Localisation Statut Condition Vol. Cote
ST-BU SC. ET TECHNIQUES Magasin Accueil Niveau 0 Disponible Prêt 28 j. FT 96.B-1500
ST-BU SC. ET TECHNIQUES Magasin Accueil Niveau 0 Disponible Prêt 28 j. FTR 96.B-1500
Collation :
273 p. ; 30 cm  
Provenance :
SF (PPN005279275)  
Notes :
Numéro d'ordre : 1500  
Origine :
BaBord  
Identifiant d'origine :
67239  

L'OBJECTIF DE CETTE THESE EST D'ETUDIER LA COMPOSITION LIPIDIQUE DES MUSCLES, LA LIPOLYSE AU COURS DE LEUR CONSERVATION A +4C PENDANT 7 JOURS ET LES ACTIVITES DES PHOSPHOLIPASES A ET DES LYSOPHOSPHOLIPASES DES MUSCLES EN RELATION AVEC LE TYPE METABOLIQUE DES FIBRES MUSCULAIRES. LES MUSCLES DE LAPIN QUE NOUS AVONS CHOISIS SONT LES SUIVANTS: DEUX MUSCLES OXYDATIFS LE SEMIMEMBRANOSUS PROPRIOSUS ET LE SOLEUS, UN MUSCLE INTERMEDIAIRE LE GASTROCNEMIUS LATERALE ET DEUX MUSCLES GLYCOLYTIQUES LE PSOAS MAJOR ET LE LONGISSIMUS LUMBORUM. LES MUSCLES OXYDATIFS CONTIENNENT PLUS DE PHOSPHOLIPIDES, DE PHOSPHATIDYLETHANOLAMINE ET DE CARDIOLIPIDES QUE LES MUSCLES GLYCOLYTIQUES. LES ACIDES GRAS DE LEURS PHOSPHOLIPIDES RENFERMENT PLUS D'ACIDES GRAS POLYINSATURES A CHAINE LONGUE QUE CEUX DES PHOSPHOLIPIDES DES MUSCLES GLYCOLYTIQUES. AU COURS DE LA CONSERVATION DES MUSCLES A +4C PENDANT 7 JOURS, LA LIPOLYSE EST LE PHENOMENE MAJEUR DE DEGRADATION DES LIPIDES ET LES QUANTITES D'ACIDES GRAS LIBERES AUGMENTENT DANS TOUS LES MUSCLES (X3 A X10). LES ACIDES GRAS LIBERES PROVIENNENT DES PHOSPHOLIPIDES ET DES TRIGLYCERIDES DANS DES PROPORTIONS SENSIBLEMENT EQUIVALENTES. LES QUANTITES D'ACIDES GRAS LIBERES SONT 1,5 A 3 FOIS PLUS IMPORTANTES DANS LES MUSCLES OXYDATIFS QUE DANS LES MUSCLES GLYCOLYTIQUES. LES ACTIVITES DES PHOSPHOLIPASES A ET DES LYSOPHOSPHOLIPASES DES MUSCLES ONT ETE EVALUEES SELON DES METHODES DE DOSAGE QUE NOUS AVONS ADAPTEES A PARTIR DE CELLES UTILISEES SUR LE MUSCLE CARDIAQUE. LES PHOSPHOLIPASES A ET LES LYSOPHOSPHOLIPASES SONT ESSENTIELLEMENT DES ENZYMES BASIQUES (PH OPTIMAL DE 8-9). LES LYSOPHOSPHOLIPASES SONT BEAUCOUP PLUS ACTIVES QUE LES PHOSPHOLIPASES A (5 A 7 FOIS DANS LES MUSCLES OXYDATIFS ET 18 A 26 FOIS DANS LES MUSCLES GLYCOLYTIQUES). LES ACTIVITES DES PHOSPHOLIPASES A ET DES LYSOPHOSPHOLIPASES SONT BEAUCOUP PLUS ELEVEES DANS LES MUSCLES OXYDATIFS QUE DANS LES MUSCLES GLYCOLYTIQUES (X15 ET X4, RESPECTIVEMENT). MEME SI LE PH ULTIME DES MUSCLES EST LOIN DU PH D'ACTIVITE OPTIMALE DES PHOSPHOLIPASES A ET DES LYSOPHOSPHOLIPASES, CES ENZYMES CONSERVENT AU MOINS 50% DE LEUR ACTIVITE MAXIMALE A CE PH (5,5-6,0)

Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 1
  • Page suivante
  • Dernière page