• Español
  • English

Accueil > Notice complète

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 1
  • Page suivante
  • Dernière page

Notice complète

1/1
Bronchiolite du nourrisson : apport et faisabilité de l'apprentissage de l'augmentation du flux expiratoire aux parents : (étude d'intervention comparative menée dans des cabinets de kinésithérapie libérale)
Auteur :
Ducornetz, Mélanie 1976-....  
Contributeur :
Lamarlère, Michel (Directeur de thèse)  
Université de Bordeaux II  
Date de publication :
2008  
Autre titre :
Infant bronchiolitis : (comparative intervention research led in liberal physiotherapy practice)  
Langue :
français  
Sujet :
Kinésithérapie respiratoire - Thèses et écrits académiques  
Kinésithérapie pour enfants - Thèses et écrits académiques  
Relations personnel médical-famille - Thèses et écrits académiques  
Bronchiolite - Chez l'enfant - Thérapeutique - Thèses et écrits académiques  
Discipline :
Médecine Générale  
Notes :
Thèse d'exercice, 2008, Bordeaux 2  
Type de document :
Travaux universitaires  

Université de Bordeaux

Bibliothèque Localisation Statut Condition Vol. Cote
SVS-BU SC. DU VIVANT ET SANTE Thèses et mémoires - Magasin, s'adresser à l'accueil Disponible Exclu du prêt CMT 2008-50+1
SVS-BU SC. DU VIVANT ET SANTE Thèses et mémoires - Magasin, s'adresser à l'accueil Disponible Prêt 21j. CMT 2008-50+2
Collation :
1 vol. (127 f.) ; ill. en noir et en coul. ; 30 cm  
Provenance :
Abes (PPN128508329)  
Notes :
Bibliogr 74 réf.  
Origine :
BaBord  
Identifiant d'origine :
1048101  

Avec 460 000 enfants atteints par an, la bronchiolite est un problème de santé publique. Son principal traitement repose sur la kinésithérapie respiratoire recommandée par la conférence de consensus de l'ANAES de 2000. Dans notre pratique, nous avons constaté la difficulté à examiner les enfants dès lors que leur état de santé a nécessité de la kinésithérapie respiratoire. Nous avons eu l'idée d'intégrer les parents dans ce geste thérapeutique dans l'hypothèse où le soin serait alors mieux accepté par l'enfant. Se pose alors la question de l'apport de cet apprentissage et sa faisabilité. Pour y répondre, nous avons mené une étude d'intervention durant les saisons épidémiques 2006/2007 et 2007/2008 incluant 61 enfants de 3 à 24 mois adressés en kinésithérapie libérale pour bronchiolite répartis en deux groupes : un groupe avec soins par le kinésithérapeute exclusivement et un groupe associant séances chez le professionnel et séances d'AFE effectuées par les parents. Nous avons comparé la qualité de vie de l'enfant, les soins kinésithérapiques, la faisabilité et l'acceptabilité de cet apprentissage. Les résultats ne mettent pas en évidence de différence significative sur les soins et sur la qualité de vie de l'enfant sauf pour la prise alimentaire avec un retour à une alimentation quasi normale plus précoce et une augmentation du volume pris près de 30 % supérieur au groupe témoin. Le taux d'acceptabilité de l'AFE des parents est bon puisque 88,6 % d'entre eux ont accepté de la pratiquer et 100 % ont eu l'impression d'aider leur enfant à guérir. 3 kinésithérapeutes sur les 8 contactés pour l'étude ont refusé cet enseignement. Alors que les recommandations ont eu du mal à être appliquées, le dogme actuel de la kinésithérapie est remis en cause puisque seuls les pays francophones la pratiquent en l'absence d'étude. L'étude BRONKINOU devrait nous apporter des éléments de réponse. Les résultats de notre travail laissent présager le bénéfice de cette pratique.

Il n'y a pas de commentaire pour cette notice.

  • Première page
  • Page précédente
  • Notice 1 sur 1
  • Page suivante
  • Dernière page